Employeurs : Diffusez gratuitement vos offres d'emplois vers des milliers de candidats en Afrique et dans le monde entier.

Candidats(es) : 100% Gratuit Déposez votre CV pour être informé(e) et repéré(e) par les recruteurs.

Directeur du Bureau de Coordination des États en Transition (Expiration 17/11/2018)

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans lensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux).  Le programme de développement de la Banque vise à fournir un appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour mieux se focaliser sur les objectifs de sa Stratégie décennale (2013-2022) et garantir un meilleur impact sur le développement, la Banque a identifié cinq grandes priorités qui visent à accélérer ses réponses aux défis auxquels l’Afrique fait face. Il sagit de l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

 

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence chargée « du développement régional, de l’intégration et de la prestation de services » est responsable de la pertinence, de l’efficience et de l’efficacité opérationnelle des programmes opérationnels et des activités du Groupe de la Banque. Elle veillera à ce que la Banque fonctionne efficacement dans l’ensemble de ses pays membres régionaux et assurera le contrôle de la mise en œuvre complète de l’ensemble des aspects des directions régionales de la Banque.

 

LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE :

 

Le Bureau de coordination des États en transition (RDTS) est chargé de piloter et de mettre en œuvre la Stratégie du Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque) en vue de lutter contre la fragilité et de renforcer la résilience dans ses pays membres régionaux. Le bureau coordonne les opérations de la Banque pour remédier à la fragilité et renforcer la résilience de même que le travail de tous les professionnels en charge de la fragilité et la résilience affectés dans les centres régionaux ou au sein des bureaux pays. Au cours de la dernière décennie, l’Afrique a connu une croissance et une transformation énormes qui ont élargi les possibilités et amélioré les conditions de vie de millions de personnes. Plus des deux tiers des pays africains ont amélioré la qualité de leur gouvernance, amélioré les services de base et élargi les possibilités économiques. Pourtant, il existe des risques importants que cet élan soit freiné par d’importantes pressions – schémas continus d’exclusion et de pauvreté, chômage, forte migration, urbanisation rapide, changement climatique et mauvaise gestion des ressources naturelles – qui menacent de submerger les capacités institutionnelles existantes pour gérer les défis politiques, économiques, sociaux et environnementaux. Ces pressions rendent chaque pays africain plus vulnérable. RDTS est l’unité organisationnelle de la Banque qui a été mandatée à cet effet. RDTS vise à placer la Banque au cœur des efforts déployés par l’Afrique pour remédier à la fragilité et ouvrir la voie à une trajectoire de développement plus résiliente et plus inclusive. Une grande partie des activités de RDTS consiste à identifier les principaux facteurs de fragilité, y compris la dimension économique, sociale, politique et environnementale, et la façon dont les programmes et les projets de la Banque peuvent contribuer à l’équité et au développement inclusif. Au cœur de l’engagement du RDTS repose l’application systématique d’un prisme de fragilité pour détecter, combattre et prévenir la fragilité ainsi que pour renforcer la résilience et axer l’engagement de la Banque dans les domaines où elle peut avoir le plus grand impact.

 

LE POSTE :

L’approche du Groupe de la Banque et les activités spécifiques entreprises par le Bureau de coordination des états en transition (TSCO) sont alignées sur la Stratégie de la Banque pour faire face à la fragilité et renforcer la résilience (2014-2019) et sont adaptées à l’application des High 5 dans un contexte national et une dynamique régionale spécifiques, le long du continuum de la fragilité.

 

Cerner les facteurs et dynamiques de fragilité, être à même d’atténuer stratégiquement les risques de violence et de conflits, apporter un appui aux pays fragiles et faire participer les pays membres régionaux (PMR) ainsi que les partenaires au dialogue par des réseaux nouveaux et novateurs sont primordiaux pour une Banque axée sur le résultat

Fonctions et responsabilités

1.   Diriger le TSCO et servir de point focal à l’échelle de la Banque pour toutes les questions de politique et d’engagement stratégique liées aux pays en transition ;

2.   Superviser la mise à jour de la stratégie de la Banque pour faire face à la fragilité et renforcer la résilience, des directives opérationnelles et de la gestion du Fonds d’appui à la transition (FAT) à la lumière du nouveau modèle de développement et de prestation des services ;

3.   Veiller sur les ressources du FAT et établir des rapports sur leurs utilisations.

4.   Promouvoir le dialogue stratégique au sein de la Banque et à l’extérieur sur les cadres stratégiques qui favorisent la paix et la consolidation de l’État, la bonne gouvernance et la croissance inclusive, et la prévention des crises futures ;

5.   Faire progresser le programme sur l’efficacité de l’aide et du développement conformément au nouveau pacte de Busan pour l’engagement dans les États fragiles ;

6.   Exercer le rôle de rassembleur de la Banque dans les pays en transition et appuyer les centres régionaux et les bureaux pays dans ce domaine ;

7.   Fournir à la Direction et au Conseil des mises à jour et des notes d’information sur l’évolution rapide de l’environnement politique, économique et social ;

8.   Gérer les réponses de l’ensemble de la Banque aux demandes d’information externes sur les questions relatives aux États en transition ;

9.   Représenter valablement la Banque lors de conférences nationales et régionales, ainsi qu’à des ateliers et séminaires de formation sur les questions relatives à la fragilité des États, à la pauvreté et aux conflits ;

10.  Gestion des personnes ;

11.  Faire en sorte que le TSCO fournisse des services efficaces et de haute qualité et atteigne ses objectifs opérationnels ; gérer les ressources humaines et financières du bureau avec compétence ;

12.  Exécuter d’autres tâches assignées par le superviseur.

Critères de sélection

  1. Être titulaire d’au moins un Master en sciences économiques, politiques, gestion du développement et/ou un diplôme équivalent en sciences sociales ou dans un domaine connexe ;
  2. Justifier d’un minimum de 10 (dix) ans d’expérience pertinente et progressive dans des situations fragiles et conflictuelles en Afrique, dont 5 ans à un poste de direction ;
  3. Avoir une connaissance approfondie des défis de développement propres aux États fragiles et affectés par les conflits en Afrique, avoir également une expérience de travail opérationnel avérée en appui aux efforts de redressement et de développement des États fragiles ;
  4. Être capable de fournir des outils de diagnostic et des lignes directrices pour l’application du prisme de fragilité dans les opérations de la Banque ;
  5. Comprendre le nouvel accord d’engagement dans les États fragiles ;
  6. Avoir une compréhension approfondie des défis économiques et de développement de l’Afrique, des questions de développement sous-régional et régional, de l’analyse et de la formulation des politiques ; la connaissance des pratiques des principaux organismes bilatéraux et multilatéraux de développement partenaires dans les pays africains est un avantage supplémentaire ;
  7. Être capable de coordonner et de communiquer efficacement sur le plaidoyer mené par la Banque, sa position et sa visibilité sur les questions relatives à la fragilité, aux conflits et au développement en Afrique ;
  8. Être capable de diriger l’élaboration et la publication de produits du savoir, d’outils et de lignes directrices sur la fragilité et la résilience qui guideraient les travaux et les politiques de la Banque dans les pays en transition ;
  9. Être capable d’établir des partenariats stratégiques solides sur les politiques et la mobilisation des ressources ;
  10. Avoir des compétences avérées en matière de leadership et d’esprit d’équipe ; être axé sur les résultats et être capable de travailler dans un environnement multiculturel ;
  11. Contribuer au positionnement stratégique du travail de la Banque sur la fragilité dans le débat sur la fragilité et le renforcement de la résilience en Afrique ;
  12. Être capable de communiquer efficacement (à l’écrit et à l’oral) en anglais ou en français, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.
  13. Savoir utiliser les applications standard de la suite Microsoft Office et de préférence, de SAP.

 

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES.

POSTULER

 

 

 

Référence :
ADB/18/205
Contrat :
Poste(s) disponible(s) :
1
Expérience :
10 ans
Niveau d'étude :
BAC+5 (MASTER-DEA-DESS)
Lieu de travail :
COTE D’IVOIRE
Vous n'êtes pas autorisé à accéder au formulaire de candidature.

Sur Facebook

Alertes: restez informé